Le tatouage dans le droit sur le site de Dalloz

  
 

 

Relayé par Tatouage & Partage, le colloque "Le tatouage et les modifications corporelles saisis par le droit" a également fait l’objet d’une longue parution sur le site de Dalloz, référence du droit et de l’actualité juridique.

 

L’article paru sur Dalloz-Actualite.fr

 

 

Vous n’accédez pas à la version PDF ? La page est en accès libre et intégral ici.

 

Le tattoo et les modifications corporelles dans le prisme du droit : "vaste sujet"

 

"Voilà un vaste sujet !" C’est ce qu’annoncent d’emblée Delphine Tharaud et Mélanie Jaoul, à l’origine de l’article. En quelques 2 000 mots, les deux maîtresses de conférences se penchent sur les tatouages et les modifications corporelles et particulièrement leur passage d’un phénomène sociologique à un objet juridique. Un sujet profondément contemporain, de l’aveu-même des deux juristes.

 

Faire valoir son identité via l’encrage

 

"Il ne se passe pas un mois sans qu’un article de presse titre sur le phénomène", rappellent Delphine Tharaud et Mélanie Jaoul sur le site officiel des éditions Dalloz. "De marginale, la pratique du tatouage et des modifications corporelles est devenue normale. Licence artistique personnelle, affirmation d’une identité, le corps devient le support et l’objet de modifications permettant à l’être de s’affirmer, à l’individu de faire valoir son identité".

 

Tatouage et droit : je t’aime, moi non plus ?

 

Au début, la relation entre tattoo et droit n’a pas été de soi. "De prime abord, le monde du tatouage se désintéresse de celui du droit et ce dernier le lui rend bien", confient les autrices. "Ces deux univers que tout oppose ne semblaient pas avoir à se côtoyer. Tout au plus – en raison des risques que le tatouage et les modifications corporelles représentent –, le législateur a pris soin de réglementer la profession dans ses aspects sanitaires et sur les encres utilisées […]. Pourtant, les sphères du droit et du tatouage ne sont pas si étrangères l’une à l’autre".

 

Le S.N.A.T. et Tatouage & Partage cités sur Dalloz

 

La parution de Dalloz évoque les associations de professionnels nées au 21ème siècle et les nombreux sujets auxquels elles doivent faire face. "Aujourd’hui, les tatoueurs ne sont plus une poignée de marginaux tatouant d’autres marginaux", lit-on. "Avec la démocratisation du tatouage, il y a le développement de nombreuses problématiques. Le monde du tatouage français s’organise. Deux grands syndicats se sont créés afin de représenter les intérêts de la profession – le Syndicat national des artistes tatoueurs et Tatouage et Partage – et, dans cette perspective, aidés de juristes, tentent de proposer des solutions juridiques aux enjeux de leur profession". Et de conclure, avec la plus grande justesse : "Le droit les intéresse et même grandement !"